historique du FJR6


Le 6ème Régiment de parachutistes est créé en 1943 en Bretagne sous le commandement du Major Freiher August Von der Heydte.

Après la capitulation italienne de septembre de la même année, il fut parachuté sur Rome avec la mission de désarmer les forces présentes dans la capitale.
Après cette opération qui fut plus compliquée que prévu face à des troupes italiennes combatives (chose rare pendant le conflit !), mais néanmoins couronnée de succès, le régiment fut envoyé en novembre vers la Russie pour 6 mois de combats acharnés où de lourdes pertes furent enregistrées.

A la mi-mai 1944, le 6ème Régiment est remis sur pied à Koln-Wahn avec des troupes fraîches. Il est ensuite envoyé dans le Cotentin pour parfaire l’entraînement des recrues, notamment lors de sauts d’entraînement près de Cherbourg ; il a également pour mission la défense de la côte normande dans l’éventualité d’un débarquement allié pressenti pour la fin mai.
Dans la nuit du 5 au 6 juin, le régiment est mis en alerte à son cantonnement de Perier et est déployé entre la ville de Carentan et la côte, où des parachutistes américains ont atterri : il s’agit des éclaireurs de la 101ème Division Aéroporté.
Le 6ème Régiment est la seule unité parachutiste allemande présente dans la zone de débarquement, il va subir de plein fouet le choc de l’opération Overlord.

Après d’âpres combats retardateurs où le FJR6 va se distinguer, les parachutistes reculent haie après haie jusqu'à la ville de Carentan. Celle-ci doit être défendue jusqu’au dernier homme, conformément aux ordres de Hitler, car elle constitue le verrou entre les têtes de pont américaines « Utah » et « Omaha ».
Les chasseurs parachutistes allemands évacuent la ville le 11 juin, à court de munitions et face à un ennemi de plus en plus fort. Au sud de la ville, ils font la jonction avec la 17ème Division SS de Panzer Grenadier arrivée en renfort et organisent une contre-attaque.
La résistance opiniâtre que les parachutistes du 6ème Régiment ont assurée 6 jours durant à Carentan provoqua l’admiration du général Von Choltitz qui forgea alors l’expression:
« LES LIONS DE CARENTAN ».

Après une très courte période de repos et de réapprovisionnement, le FJR6 se lance à l’assaut de Carentan le 12 juin avec l’appui de la 17ème Division SS « Gotz von Berlichingen » et ses chars. Cette contre-attaque se révèle rapidement insuffisante pour arracher la ville aux Américains.
Les parachutistes mènent un combat défensif dans le bocage aux alentours et dans le centre de Saint-Lô jusqu’à être encerclés dans la poche de Roncey.
La sortie de la poche s’avère catastrophique ; les survivants se retrouvent dans le « Chaudron de Falaise » avant de passer la Seine dans la région de Rouen.
L’engagement en Normandie aura décimé littéralement le régiment qui enregistrera 80% de pertes. La 90ème Division d’Infanterie Américaine, leur adversaire dans la bataille du bocage, enregistrera 5498 soldats perdus sur 13 Km de progression !


Concernant le 6ème Régiment de parachutistes allemands, un général américain aura ses mots :

« Il n’existe sûrement pas de troupe de combattants au monde, ayant tant de rage et de courage pour défendre une position. Ce sont des hommes téméraires, hautement entraînés et endurcis par de nombreux engagement et de nombreux combats »